"le bonheur c'est quand les actes sont en accord avec les paroles "

Gandhi

Les quatre nobles vérités
enseignées par le Bouddha 

 - selon la première noble vérité, la vie est souffrance (dukka). Le constat est là : la maladie existe, la mort existe, les conditions d'être existent qui ne sont pas toujours favorables et, si elles le sont dans l'immédiat, forcément elles changeront du fait de l'impermanence de tout ce qui existe. Cela conduit à la souffrance*.


- selon la seconde noble vérité, il existe des causes à la souffrance, ces causes se résument dans l'incompréhension que nous avons de la vie, et par, conséquent dans notre avidité à vivre dans l'illusion. C'est la soif des plaisirs et des sens que nous consommons de manière irréfléchie qui nous conduit à la souffrance. Nous ne voulons pas savoir ni réfléchir à ce qu'est la vie, ses lois et nous préférons nous cantonner dans une ignorance que nous pensons protectrice. Nous voulons ignorer que nous devrons connaître les bouleversements de la vie : maladie, vieillesse, mort. Or cette ignorance nous maintient dans l'illusion que les apparences de notre vie sont réelles. Nous accordons une importance primordiale aux conditions extérieures de notre vie : travail, loisirs, famille,..les confondant ainsi avec l'essence même de la vie. Or l'essence de la vie c'est de réaliser que nous sommes mûs par une énergie de vie au service de laquelle nous devrions être pour notre total épanouissement physique, psychique, émotionnel, spirituel.

 - la troisième noble vérité, nous enseigne donc qu'à partir de la compréhension de ce qu'est la vie et de ce que nous sommes, il existe un chemin de cessation de la souffrance ; Ce chemin c'est transformer cette soif de la vie en conscience, c'est ne plus se laisser aller à l'acte conditionné, c'est reconnaître à travers les cinq agrégats que nous vivons des expériences heureuses, malheureuses et neutres et qu'il s'agit de les prendre ainsi mais pas de s'y perdre sachant que tout ce qui naît, meurt. ** 

- la quatrième noble vérité nous montre quant à elle la voie de la libération, de l'illumination. Fort(e) des trois premières nobles vérités, il sera possible par l'adoption de l'octuple sentier de cheminer en toute sérénité dans ce monde tant que les conditions de la cessation ne seront pas réunies. L'octuple sentier c'est pratiquer la compréhension juste, la pensée juste, la parole juste, l'action juste, les moyens d'existence justes, l'effort juste, l'attention juste, la concentration juste.

Cela conduit à avoir une "conduite éthique" fondée sur la compassion et l'amour universel, à avoir une discipline mentale qui exclut le mensonge et globalement toute parole fausse, à avoir une conduite honorable, pacifique et enfin s'attacher à développer une réalisation élevée.

 

Pour aller plus loin dans la compréhension de ces quatre nobles vérités : cf "le coeur des enseignements du Bouddha" de Thich Nhat Hanh. edition Pocket

*Première noble vérité : La souffrance est inéluctable, selon cet enseignement, du fait des cinq agrégats dont nous sommes issus ou qui nous constituent. Ces cinq agrégats sont entièrement compris dans la première noble vérité, car c'est par eux que nous faisons l'expérience du monde  et construisons ce que, nous autres occidentaux, appelons notre "moi", notre" égo", et donc notre attachement et par conséquent notre souffrance.Ces cinq agrégats sont la forme (matière), les sensations (des cinq sens et de l'organe mental), les perceptions, les formations mentales et la conscience-connaissance. Toutefois à la différence de la psychologie occidentale, pour la conception bouddhiste, l'individu est la combinaison de ces cinq agrégats (ou encore de ces cinq énergies physiques et mentales) qui forment le flux de la vie-même et n'ont ni commencement ni fin. En conséquence, il n'y a pas de moi séparé, nous sommes à la fois le penseur et la pensée. Il n'est donc pas nécessaire de tourner en rond dans ses pensées mais bien de comprendre : "ceci est, parce que cela est" et cette compréhension apporte alors calme, sérénité et joie.

 

** Troisième noble vérité : Tout ce qui a les conditions de la manifestation (mot préféré au mot naissance) détient forcément les conditions de la cessation de sa manifestation (le mot disparition est préféré au mot mort).Tout est conduit à cesser dès lors qu'il a commencé, la soif de vie elle-même, c'est là l'explication du mot nirvana : l'extinction de la soif échangée contre la compréhension des phénomènes.