guillemetsLa partie de vous-même qui veut changer
les choses  est celle-là même  qui aurait besoin
d’être changée. guillemets
Alan Watts

Des expériences scientifiques ont été conduites qui ont permis de découvrir un phénomène mimétique fondamental : il suffit de regarder quelqu'un exécuter une action pour que dans notre cerveau s'allument  (au scanner) exactement les mêmes zones et connexions neuronales, que celles de la personne qui accomplit l'action.

Cette découverte qui date de 1996, a été faite par Giacomo Rizzolatti, neurologue de l’Université de Parme

"Rappel des faits. Rizzolatti et son équipe ont découvert par hasard que des neurones placés dans la zone F5 du cortex moteur, activés quand le macaque exécute une action, sont également activés chez un autre macaque qui observe son congénère. Sans pour autant effectuer l’action. Ce constat a fait dire à Rizzolatti que ces neurones servent à projeter une représentation de l’action, que celle-ci ait lieu ou non. Autrement dit, pour comprendre ce que fait l’autre, un sujet doit activer ses propres neurones moteurs qui en situation d’agir, seraient activés pour réaliser la même action que celle déployée par l’individu observé."

C'est la découverte des neurones miroirs, découverte capitale pour la psychologie (on la dit aussi révolutionnaire pour la psychologie que l'a été l'ADN pour la biologie), elle a des implications multiples. Cette nouvelle compréhension des mécanismes du cerveau ouvre des voies :

- pour favoriser les multiples apprentissages qu'il s'agisse des enfants mais aussi de toute personne qui "apprend" quelquechose : un geste, un enchaînement, une technique, voire même un comportement, une attitude. on dit que c'est par l'intermédiaire des neurones miroirs que la capacité d'empathie peut s'éveiller...

- mais aussi, et entre autre, pour faciliter la rééducation suite à des blessures ou des handicaps ....
....

Ces neurones miroirs existeraient dans les différentes aires du cerveau,.
Ainsi a-t-on observer des oiseaux capables de reproduire des sons entendus, sortant de leur "registre" habituel ; ce processus serait possible grâce aux neurones miroirs qui, offrant une plus grande adaptabilité, augmente la plasticité du cerveau.

Ainsi les neurones miroirs laissent augurer de nouveaux espoirs : en matière de cerveau, de nouveau chemins semblent toujours possibles, rien n'est définitivement perdu, mais l'essentiel est à découvrir ....

 

Pour en savoir plus sur l'implication des neurones miroirs dans les disciplines qi gong, Taîchi, etc ... cf le débat sur www.génération-tao.com avec Akli Hammadi, scientifique (chimiste) et professeur de qi gong.

 

 Quand la science explique le "comment" ....

il est toujours intéressant de se poser
la question de l’origine de ce "comment",

puis du "pourquoi "

et enfin du  "jusqu’où"  cela nous mène-t-il ?